L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Il taquinait les habitants de l’Ouest, mais ils aimaient ça

Les lecteurs de Winnipeg voulaient voir ce qu’écrivait Lou Marsh

HEUREUX D’AVOIR CONNU LOU

Collaboration spéciale au Star

Winnipeg, le 5 mars — En écrivant sa chronique intitulée « In the Realm of Sport », E. A. Armstrong, du journal Free Press de Winnipeg, a affirmé ceci :

« Le journaliste sportif le plus connu au Canada est mort. Aucun autre journaliste d'un État du Commonwealth n’a couvert un aussi grand éventail d’événements sportifs, sur ce continent et à l’étranger, que l’a fait Lou Marsh. »

« Cette mort soudaine emporte un personnage qui jouissait d’une grande autorité, lui qui était concrètement associé à plusieurs sports dans lesquels il avait lui-même fait de la compétition, ou encore où il avait agi à titre d’arbitre. Il n’y avait pas d’égal à Lou Marsh, sa rafraîchissante chronique du Toronto Star était la plus lue des États du Commonwealth. Chaque fois qu’il se présentait sur un ring de boxe ou de lutte ou sur la glace en tant qu’arbitre, il attirait toujours l’attention, à un moment ou un autre de la soirée. »

« Ses articles sur les évènements sportifs des États du Commonwealth ont souvent paru dans ces pages. Nos lecteurs voulaient savoir "ce que Marsh avait dit". Il a maintes fois taquiné les lecteurs de l’Ouest et leur a aussi donné plusieurs fous rires grâce à ses comparaisons imagées, ses métaphores, son sens de l’humour et son sarcasme. Lou Marsh n’avait aucune réticence. C’était un vaillant travailleur. Il n’a pas compté ses heures durant ses 46 années d’implication pour son journal. Il a gardé la passion de son travail jusqu’à la toute fin. »

« Sa mort est un coup incommensurable pour tout le sport amateur au Canada. Lou a défendu cette cause jusqu’à la toute fin. Lorsqu’il choisissait "de brasser la cage" d’un sport, un promoteur, une équipe ou un individu pour une quelconque raison qu’il jugeait inacceptable, il était audacieux et cru. On se souvient toujours vivement de son hommage rendu à l’équipe de rugby de Winnipeg, après son triomphe à Hamilton, comme du "plus beau succès de l’Ouest" »

« Durant les 10 dernières années, j’ai eu le privilège d’entrer en contact avec lui plusieurs fois, lors de déplacements dans l’Est. Lou Marsh a toujours pris personnellement soin d’accueillir les journalistes de l’extérieur avec la plus grande courtoisie possible. Je suis heureux d’avoir connu Lou Marsh. »